fbpx
Abandonner projet apprendre le Thaï

Trop compliqué… J’abandonne ?

Voilà, cela fait 2 mois et demi que je me suis lancé dans l’aventure et je pense que c’est le moment de te faire un petit point d’où j’en suis aujourd’hui.

Du boulot ? J’en ai abattu un bon paquet !

Des progrès ? J’en ai fait énormément.

Alors tout roule, non ? Et bien pas vraiment et c’est ce qu’on va voir ensemble maintenant.

Motivé mais combien de temps ?

Tout le monde le dit : « Au début, on est ultra-motivé ! »

Et bien, je n’ai pas fait exception à la règle. Je n’arrétais pas de bosser et j’ai quasiment respecté à la lettre la méthode détaillée le mois dernier.

J’écoutais des leçons de thaï pendant mes trajets au boulot (1h30 par jour), j’enchainais avec une leçon d’écriture/lecture (1h par jour)

Honnêtement, ça semble très facile… quand on commence.

Mais les choses ont changé. Depuis plus d’1 mois, j’ai sombré dans un rythme catastrophique. J’ai dû faire uniquement 10 heures de thaï durant cette période. Ce que je torchais en 1 semaine, j’ai difficilement réussi à le faire en 1 mois.

Et tu connais la meilleure ? Les mêmes personnes qui disent qu’au début, on est ultra-motivé, avouent que très vite, on est tenté d’abandonner.

La bonne nouvelle c’est que je ne suis pas différents des autres. La mauvaise c’est que j’aurai bien aimé l’être…

Loin de moi l’idée de sombrer dans le désespoir (tu verras pourquoi en fin d’article). Je veux juste partager mon expérience et pourquoi la motivation s’étiole au fil des jours.

Car si tu te lances dans la même aventure que moi, que ce soit pour le thaï ou pour une autre langue d’ailleurs, tu vas forcément te frotter à cet écueil. Et je pense qu’il est intéressant de comprendre pourquoi on est tenté de lacher prise. Ça pourra peut-être t’aider à éviter certains pièges.

Pour moi, il y a 3 facteurs qui jouent dans ma baisse de motivation. Laisse-moi développer un peu.

Le Quotidien

Je me suis lancé dans ce projet lorsque j’étais au top de ma forme, lorsque ma vie était réglée comme du papier à musique, lorsque j’avais du temps libre. Du coup, j’ai commencé à prendre mes habitudes, à suivre mes leçons toujours aux mêmes heures. Ça fonctionnait du tonnerre et j’étais devenu une machine de guerre.

Les habitudes, c’est vraiment magique ! En effet, je ne me posais pas la question si j’avais envie  pas, je me mettais au boulot car c’était tout simplement le moment.

Mais ça ne dure qu’un temps. Est venu le jour où mes journées se sont transformées.

Tout d’abord, ça a commencé avec un gros rush dans ma vie pro. Cela s’est traduit par deux choses :

– Des horaires différents. Je finissais plus tard le soir et donc j’arrivais péniblement à être disponible avant 19h30 (pour rappel, j’avais pour règle de bosser mon thaï le soir jusqu’à 19h30 max). Le résultat est sans partage, j’ai commencé à abandonner la leçon écriture/lecture du soir.

– Plus de fatigue. A faire des journées de 12 heures, j’étais épuisé autant physiquement que psychologiquement. En voiture, je préférais de plus en plus mettre des conneries à la radio plutôt que mes leçons. Quand tu préfères écouter “Rire et Chansons” plutôt que ton prof de thaï, c’est que tu as vraiment touché le fond !

Voilà pour la semaine. Ma vie pro a pris le pas sur mon projet. Et ça, sans que je m’en rende réellement compte.

Car oui, c’est super vicieux comme truc. Tu te dis : “Aujourd’hui, je suis crevé, je vais faire un petit écart et promis demain je m’y remets”. Mais s’y remettre le lendemain est d’autant plus dur !

Du coup, tu te mets à zapper de plus en plus tes rendez-vous avec la langue du pays du sourire…

Mais il n’y a pas que ça. Certes, j’avais mes impératifs professionnels mais le mois le Mai est une plaie pour les gens motivés. Les jours fériés et leur lot de ponts propices aux sorties, barbecue et apéros sont autant de sollicitations pour remettre les choses à plus tard.

Et c’est ce que j’ai fait ! Le 1er mai ? on fête le travail donc je ne fais rien… Le 8 mai ? repos. Le jeudi de l’ascension ? ben je ne suis pas catho mais repos etc…

Résultat ? Toutes mes bonnes habitudes se sont envolées !

Ce que je remarque au final, c’est que plus il y a de changement dans mon quotidien, plus j’ai du mal à tenir mes engagements. Et il parait qu’on est tous un peu comme ça…

Je vais donc m’atteler à restructurer mes semaines pour m’y remettre sérieusement.

Ça tombe bien, j’ai repris ma petite routine depuis 10 jours et bien que ce fut difficile au départ, toute rentre dans l’ordre !

La Difficulté

Mais soyons honnête, un autre facteur a joué dans mon manque de rigueur récent. 

Et oui, au début tout est beau et tout est magique. On apprend vite et bien ! 

Les “Sawatdee khrap”, “Phom chuu Romain” et autre “Phom pen Khon farangste” s’enchainent à vitesse grand V. Rien n’est plus facile que d’apprendre les bases d’une langue. On marche sur l’eau. 

Je me prenais pour Jésus en moins barbu !

Je pensais réellement que le thaï était la langue la plus facile du monde. Puis sont venus les premières difficultés :

  • la syntaxe parfois étrange
  • les classificateurs (je t’en reparlerai de ces trucs immondes)
  • la tonalité plate, montante, desendante… j’ai toujours détesté le tour de France et je comprends aujourd’hui pourquoi grâce au thaï
  • l’écrit ou pourquoi avoir 6 lettre différentes pour un même son ?

Bref, tu l’auras compris, au bout d’un mois on se heurte de front à la dure réalité :

Non, le thaï n’est pas la langue la plus facile du monde.

Le thaï est comme toutes les langues. On y retrouve des subtilités et des singularités qu’il faut appréhender. Et ça prend du temps et des efforts malheureusement.

Souviens-toi ce que je te disais dans le premier article de ce blog : “Sans une réponse forte au Pourquoi, tout projet est voué à l’échec !

Le manque de pratique

Bon ok. Je manquais de temps, mes leçons devenaient de plus en plus difficiles. Mais y a un truc radicale qui a précipiter mon apprentissage au niveau 0…

Ça t’intéresse ?

Si oui, reste un peu. Autrement, tu peux aller voir des vidéos de chatons trop mignons sur YouTube…

J’ai un GROS problème dans la vie : je suis fainéant. Mais à un degré qui défie l’entendement. Du coup, si je ne vois pas un intérêt immédiat ou que je ne prends pas du plaisir avec une activité, j’abandonne.

J’ai beau avoir défini mon « Pourquoi » avec conviction, je suis comme les enfants qui ne tiennent pas en place. Je commence à peine un truc que mon cerveau cherche à faire autre chose.

Et bien là encore, je n’ai pas dérogé à la règle qui berce ma vie depuis 35 ans !

Du coup, si on veut résumer, j’ai lâché le thaï parce que je ne m’amusais pas.

Sauf qu’heureusement, En plus d’être feignant, j’ai aussi beaucoup de chances. Figure-toi qu’un événement aussi étrange qu’improbable est venu bousculer mon quotidien. 3 techniciens Thaïs sont venus bosser dans ma boîte pendant 2 semaines !

Et tu imagines un peu ce qu’il s’est passé ?!

ON A PARLÉ ENSEMBLE EN THAÏ !!

Et bim ! Le déclic…

En fait, je me prenais la tête avec mes leçons de thaï en oubliant que ça servait à parler à des gens.

On apprend le vocabulaire, la grammaire et autre truc chiant à la mort dans les livres mais c’est pour mieux s’éclater avec des vrais gens !

… pour discuter le bout de gras, accouder à un comptoir durant un apéro enflammé ! 

Bizarrement après 3 verres, je maîtrise le Thaï comme un dieu. Si tu passes par chez moi, je te montre, promis 😉

En fait, avec ma chérie (qui est thaï), on est 2 gros fainéants. Elle parle français aussi bien que moi donc 99% du temps, on se parle dans la langue de Molière. Ça va plus vite, c’est plus pratique… bref, pourquoi de se mettre des batons dans le roues et rajouter une langue que je ne maîtrise pas dans notre quotidien ?

Résultat : jusque-là, j’apprenais le thaï mais je ne le pratiquais pas.

Grosse erreur ! 

On ne m’y reprendra plus…

Depuis, je me suis mis en quête de trouver des locuteurs thaïs afin de pratiquer un max !

Je te dirai comment dans un prochain article !

Moi qui croyais mon projet abandonné, le voilà relancé. Et cette fois-ci, j’irai jusqu’au bout promis. Par contre, pas de chance pour toi car ça veut dire que tu auras aussi droit à des articles plus fréquents 😉

>
ut mi, tempus ante. nec sem, Aenean lectus Praesent commodo felis
Shares
Share This