fbpx
Pourquoi Apprendre le Thaï

Pourquoi J’Apprends Le Thaï ?

Go ! L’aventure commence maintenant.

Je pars de rien, nada, que dalle ! Je ne suis pas polyglotte pour deux sous. Je communique plutôt bien en anglais et à peine quelques mots en espagnol. Tout ça, je l’ai appris à l’école et un peu pendant mes voyages touristiques.

Et pourtant, je me lance dans l’apprentissage du thaï aujourd’hui et depuis la France. Mais ce n’est pas tout ! Je souhaite faire tout ça en l’espace de 7 mois seulement !

C’est pour moi un beau challenge qui j’espère, va aussi t’intéresser !

Dans cet article, je vais m’atteler à répondre aux nombreux “Pourquoi” un tel projet. Je suis un serial lanceur de projets. J’en ai réussi un certain nombre et planté un nombre certain. S’il y a une chose que j’ai retenu à chaque fois, c’est qu’un projet qui débute avec un “Pourquoi” flou, finit tôt ou tard abandonné sur le bord de la route de ma vie.

Et là clairement, j’ai envie de réussir. Je veux mettre toutes les chances de mon côté.

Alors comprends bien qu’avant de me lancer dans le “Comment” m’y prendre, je souhaite prendre le temps de bien définir le “Pourquoi”.

C’est exactement ce que je vais coucher sur le papier clavier aujourd’hui.

Pourquoi Parler Thaï dans 7 mois ?

On est en avril… et je pars en vacances en Thaïlande en Novembre. Voilà, c’est tout !

Bon, tu te doutes bien que non, ce n’est pas tout. Effectivement, je pars en novembre en Thaïlande et oui, c’est pendant mes vacances. Mais, voilà, ce séjour revêt un point bien spécifique. Je n’y vais pas pour me prélasser sur une plage. Non, je vais dans ma belle-famille qui vit dans un village de la province de Buriram.

Province de Buriram
C’est ici en rouge !

Les premières années, quand nous partions en vacances, ma femme et moi, on passait 1 semaine dans sa famille puis 2 autres à bourlinguer à droite à gauche. On a fait les touristes un peu partout. Bien sûr, on a visité Phuket, Krabi, Koh Samui…mais vu qu’on s’ennuie ferme allongés sur un transat à la plage, on a décidé maintenant d’éviter ces zones.

Bien sûr, on a visité Chang Maï, Kanchanaburi, Ayutthaya… c’est magnifique ! Mais on ne va pas y aller touts les ans.

Résultats : plus les séjours passent et plus on reste à la campagne. C’est là que le dépaysement est total. C’est là qu’on vit véritablement au rythme et dans l’ambiance Thaï. C’est là qu’on se sent réellement bien.

Mon problème ? C’est là aussi que personne ne parle anglais !

Du coup, pour comprendre et me faire comprendre, je suis obligé de passer par ma femme. Car même si je connais quelques mots basiques, il m’est impossible de tenir une conversation même simple.

Et soyons clair : cette situation me gonfle !

Les gens qui m’entourent sont hyper sympas, accueillants mais la barrière de la langue devient très vite pour moi un handicap.

Si je veux profiter au maximum de mon prochain séjour, il va falloir que je puisse discuter correctement.

Mon objectif : pouvoir bavarder autour d’une Chang glacée en mangeant des Tap Kaï et du riz collant !

Le pied quoi…

Car les plaisirs les plus simples sont souvent les meilleurs 😉

Parler ok mais pourquoi vouloir lire en 7 mois ?

Ah oui, j’ai oublié de te dire. Je ne souhaites pas seulement parler Thaï, je veux aussi lire et écrire.

Et bien là, j’ai deux raisons valables.

La première est que je suis quelqu’un d’un peu (beaucoup ?) solitaire. J’aime pratiquer l’introspection méditative…

Hein ? Il a craqué là !

Non je blague. Je suis solitaire mais il ne faut pas exagérer. J’aime me balader, me poser seul un peu n’importe où quand je me sens bien.

Et du coup, savoir lire les indications, les cartes dans les restaurants, les pancartes dans les échoppes… c’est quand même un détail qui n’en est pas un.

Si je veux pouvoir m’éclater pleinement, je dois pouvoir me prendre des moments à moi. Et comprendre ce qui m’entoure, c’est autant savoir parler que lire.

Du coup, je me lance en même temps dans l’aventure du monde des lettres !

La deuxième raison non négligeable, c’est que j’ai eu plusieurs retours de bilingues franco-thaï qui m’ont conseillé d’apprendre l’écrit en même temps que l’oral.

Apparemment, en apprenant à écrire, on comprend les subtilités de l’intonation des mots Thaï. Et ça, c’est hyper important pour arriver à se faire comprendre correctement.

Sans faire de contre-sens total parce qu’on s’est trompé de ton !

Des infos que j’ai grapillé, si tu souhaites apprendre le thaï vite-fait, apprendre à écrire est optionnel. Mais si, comme moi, tu souhaites parler couramment, savoir lire et écrire est, parait-il, indispensable.

Du coup, je me suis dis qu’apprendre à écrire en même temps qu’apprendre à parler était une bonne idée.

Bon, moi je débute. Donc j’écoute sagement ce qu’on me dit mais c’est peut-être du grand n’importe quoi ! Si toi aussi, tu es passé par là, dis-moi ce que t’en penses dans les commentaires.

Comme tu le vois, je risque de te solliciter un peu dans ce blog. Si tu es un parfait bilingue, tes conseils me seront précieux et si tu débutes, tes galères seront peut-être les miennes. En unissant nos forces, on peut abattre des montagnes !

Voilà. En quelques phrases, je viens de t’expliquer pourquoi je voulais apprendre à parler et à écrire en 7 mois.

Ça, c’était pour l’objectif court terme !

Mais clairement en tant que boulimique des projets, je sais très bien que ce n’est pas suffisant pour rester focus durant 7 mois.

Pourquoi Parler Thaï dans la vie

Certes, j’aime bien me débrouiller seul, la bière, bien manger et papoter… mais soyons réalistes, 7 mois d’apprentissage intensif d’une langue doit avoir d’autres leviers de motivation. Et bien sûr ventrebleu (j’adore ce genre d’expressions…), j’ai d’autres aspirations.

Et oui, ma compagne est Thaï, j’adore passer du temps là-bas.

Tu vois où je veux en venir ?

A terme, je voudrais m’expatrier ! Du coup, ma vie tourne autour de ce MEGA projet…

Je construis donc ma route pour pouvoir vivre là-bas dans les 10 années à venir. Ça passe par beaucoup de boulots (je gagne très bien ma vie), pas de dépenses blingbling mais beaucoup d’investissements immobiliers… Et aussi : achat d’un terrain en Thaïlande pour pouvoir commencer à y construire une maison.

J’ai 35 ans et je me vois bien à 45 ans y emménager définitivement !

Attendre la retraite ? Pas pour moi.

Tu l’auras bien compris, l’apprentissage du Thaï s’inscrit dans une démarche globale. On s’est éloigné des 3 semaines de vacances en fin d’années non ?

Et oui, mon objectif à court terme me sert à me mettre un bon coup de pression pour passer la vitesse supérieure maintenant et pas dans 3 ans !

Un peu plus tôt, je te disais que j’avais pour habitude de me lancer dans de nombreux projets. Petit à petit, j’ai donc appris à me connaître. Très peu pour moi les liste de tâches, les méthodes complexes etc… ce qui fonctionne sur moi, c’est l’urgence.

J’y peux rien, j’ai toujours été comme ça. Je me revois, assis sur les bancs de l’école, à finir mes devoirs à toute vitesse avant que la sonnerie du début de la classe ne retentisse.

Au boulot, j’ai une réunion dans une semaine ? Je ne suis jamais autant productif que la veille voire quelques heures avant.

On pourrait croire que je fait tout à l’arrache… bon c’est un peu vrai. Sauf que ça a toujours marché ! J’ai fait de longues études plutôt réussies. Dans mes jobs, j’ai toujours vite évolué (en même temps j’ai toujours ÉNORMÉMENT bossé !).

Bref, je me connais et me donner un objectif à court terme me booste et me motive à accomplir mon projet de vie.

Tu comprends maintenant ce que ça représente pour moi :

Le projet d’apprendre à parler Thaï s’inscrit dans le projet d’une vie !

Et quand j’ai une réponse à mon Pourquoi aussi puissante, je sais que je vais y arriver 😉

Oui mais Pourquoi en faire un blog ?

En effet, je bosse entre 10 et 12 heures par jour, je fait au minimum 1h de leçons de Thaï par jour… alors pourquoi se rajouter un blog.

En plus si ça se trouve, personne ne lira jamais ces lignes.

Et bien c’est simplement un autre moyen de me faire avancer. Chaque mot que j’écris, chaque phrase que je compose, chaque article que je publie me permet(-tra) d’augmenter mon engagement dans mon projet.

Tu trouves ça bizarre ? Moi pas.

J’en suis arrivé à ce concept bizarrement…

Fut un temps, j’étais un accroc de l’efficacité, de la productivité et de tout le reste. J’ai lu des bouquins, des méthodes et des experts donner leur avis. Rien à marché sur moi, je suis un cas désespéré.

Rien à marché sauf 2 trucs que j’ai lus et appliqués :

  • parler à mon entourage de mon projet permet d’augmenter mon engagement. C’est con mais si à chaque fois que tu croises ton beau-frère Marcel, celui-ci te demande où t’en es du projet dont tu lui avais parlé… ben c’est humain mais tu n’as pas envie de passer pour un imbécile en lui répondant : “Nulle part, je suis trop faignant pour m’y mettre sérieusement”.
  • tenir un journal pour permettre de faire un point sur le “Fait” et réfléchir au “À faire”.

Et bim ! J’ai fait les 2 pendant un temps mais je me suis rendu compte que le top du top, c’était de mixer les 2… et voilà que né le blog !

Que je sois lu ou pas n’est pas vraiment la question. J’ai des comptes à te rendre même si tu es le seul à me lire de manière régulière. Et si vous n’êtes que 10 à suivre mon projet, je m’en fous ! Je ne veux décevoir personne. Et du coup, ça me booste sapristi (je t’ai déjà dit que j’adorai les expressions dégueulasses ?)

Mais ce n’est pas tout ! Je tiens ce blog, une page Facebook et Instagram pour partager avec des bilingues comme avec des débutants. C’est le meilleur moyen d’apprendre rapidement. Partager les bons plans, les réussites comme les échecs, boostera mon apprentissage et j’en suis sûr le tien si tu te lances aussi.

C’est pour ça que je t’invite à utiliser au maximum les commentaires. N’hésite pas à poser des questions, me donner des tuyaux, corriger mes erreurs… je suis nul et débutant en Thaï alors je ne me permettrai jamais de te faire des leçons ou de péter plus haut que mon c*l.

Tu peux tout me dire.

Évite quand même les insultes, je ne suis pas maso… La bienveillance est le seul critère obligatoire 😉

Bref, use et abuse des commentaires ! J’ai appelé mon blog Rian Kan qui est la contraction de Rian Douykan (Apprendre ensemble). C’est pas pour rien…

Voilà pour les présentations et le “Pourquoi” ce projet.

Si on devait résumer…

Je souhaite apprendre à parler, lire et écrire Thaï car vivre au pays du sourire est mon projet de vie.

Je souhaite le faire en 7 mois car ça me permet d’être pleinement focus sur mon projet et de profiter à fond de mon séjour prévu en Novembre.

Je tiendrai ce blog durant toute la durée du projet pour me motiver et progresser plus rapidement.

>
quis, Praesent at felis neque. Aenean id, mi, ut non lectus
Shares
Share This